Texte de Christophe Martz, ingénieur ENSAIS

Introduction et défintion
L’éconologie est le néologisme issu de la contraction des mots : économie et écologie. C’est un terme récent qui est né au début des années 1990 lorsque le grand public a commencé à prendre conscience de l’impact des activités humaines sur l’éco-système terrestre.

Le but (entièrement indépendant et n’est affilié à aucun industriel ou parti politique) est de faire découvrir et démocratiser l’éconologie en montrant qu’il est possible de concilier économie(s) et écologie.

Le terme économie doit être pris autant dans le sens de l’épargne d’argent que dans son sens plus large: l’ensemble des activités d’une collectivité humaine relatives à la production, la distribution et la consommation des richesses.

Ainsi, au vu des récents évenements climatiques (mais pas seulement car l’éconologie ne concerne pas que le réchauffement climatique), il est urgent de voir naître une économie mondiale prenant en compte
l’impact environnemental d’une manière systématique. Et si nous ne le faisons pas maitenant, nous le
payerons plus tard…

Beaucoup de dirigeants, industriels et politiques, voient en l’écologie (et le respect de l’environnement) une entrave à la croissance économique! Ceci est faux à condition de développements technologiques et
organisationnels judicieux! Au contraire certaines solutions éconologiques permettraient de réduire les problèmes de chomage de certaines régions…et de relancer des pôles industriels abandonnés.

Les seuls perdant de l’éconologie seraient les personnes vivant de l’épuisement et du gâchis, des ressources planétaires. Ce sont malheureusement ces personnes qui tirent actuellement les ficelles du monde et de
l’économies…Ces nantis développent en outre des inégalitées sociale très importantes (commme l’humanité n’en a jamais connue…)…

L’éconologie ? Oui, mais comment ?
Tout « simplement » par des choix politiques, technologiques, organisationnels ou de consommation courante non plus basés sur l’épuisement des ressources mais sur la durabilité.

L’innovation technologique et organisationnelle, qui est actuellement bridée par les inerties et intérêts
économiques en place, nous permettrait de développer une réelle société éconologique! Les exemples de tels bridages, tel les véhicules électriques, sont flagrants. (Voir l’exemple de la EV1 de GM)

Le réchauffement climatique est l’épée de Damoclès actuelle de l’humanité! La recherche mais surtout
les développements de « solutions » énergétiques durables manquent cruellement. Il est grand temps faire appliquer systématiquement la notion de développement durable…dans son
sens le plus global.

L’éconologie vise également et surtout à moins consommer de ressources fossiles d’un point de vue
purement social afin d’en laisser aux générations futures.

L’econologie n’est que pour les industriels et décideurs ?
Non, l’econologie est une manière de penser pour tous… Elle se destine également aux ecologistes convaincus qui ne prennent pas forcément en compte l’efficience et le coût économique (et ecologique global) d’une telle ou telle solution technologique. Développer un système ou une technologie si propre soit telle, qui n’est pas assez efficace ou qui ne s’amortira jamais est une hérésie.

L’argument des anti-nucléaires, qui rèvent du remplacement du nucléaire par des éoliennes en est le meilleur exemple. Ni écologiquement, ni technologiquement, ni économiquement la solution des éoliennes n’est viable à court et moyen terme…sauf à revoir complètement nos habitudes de consommation et industrielles…

Actuellement, il n’y a pas de solution miracle dans le domaine de l’énergie et chaque solution doit etre vue sous tous ses aspects et pas seulement avec les arguments qui arrangent l’un ou l’autre parti!

Le futur ?
Nous sommes dans une société où les energies fossiles dominent largement le domaine de l’énergie, avec à sa tête bien entendu, le pétrole. Les bénéfices financiers de ces énergies fossiles minent actuellement le développement des alternatives: trop de manque à gagner pour ceux qui en profitent…

Nous ne pensons pas que l’humanité retrouvera un jour, un remplacant « naturel » au pétrole, c’est à dire une source d’énergie aussi peu coûteuse et aussi abondante. Nous pensons que le futur à proche et moyen terme sera constitué d’un « patchwork » d’alternatives aux energies fossiles avec un dénominateur commun: la partimonie et la réduction de gabegie énergétique actuelle…

Finalement brièvement, qu’est ce que l’econologie défend ?
L’econologie veut défendre, dans tous les domaines d’activité humains, les points suivants :
• La réduction de l’impact environnemental de nos modes de vie (à tous les niveaux) tout en
conservant une qualité de vie quasi-similaire.
• La réduction de la dépendance de nos sociétés aux énergies fossiles.
• La réduction des consommations des énergies fossiles.
• La recherches de combustibles alternatifs aux énergies fossiles.
• La R&D de solutions technologiques moins énergievores afin de satisaire, aux points précédents.
• La R&D de solutions organisationnelles plus « enviromentaly friendly » (respectueuse de l’environnement), comme par exemple, la gestion des déchets.

Pour ceci, l’econologie pronerait actuellement et le plus rapidement possible de payer l’énergie à son juste prix (elle n’a jamais été aussi bon marché rapporté au pouvoir d’achat moyen)…

(Ecrit en juin 2004, révisé en novembre 2006 )

Vous avez apprécié cet article? Abonnez vous!
 
 
[fbcomments]
 
 

A propos

Massolia a pour objectif de développer les technologies vertes au Maroc grâce à l'information et la promotion économique. Tous les sujets environnementaux sont concernés: énergies solaire, éolienne, hydraulique, construction durable, agriculture biologique, transports, conseil et certification, économies d'énergie, développement durable, assainissement,...
Massolia est la transcription phonétique du mot المسؤولية en arabe qui signifie “Responsabilité”.

Massolia sur Twitter
Massolia sur Facebook
S'abonner par email
S'abonner par RSS

Massolia sur Facebook