La Moulouya est un fleuve marocain qui prend naissance à la jonction du massif du Moyen et du Haut Atlas dans la région d’Almssid près de Midelt (province de Khénifra). Il est long de 600 kilomètres et se jette dans la Méditerranée, dans la région du Rif, dans les plaines de Kebdana, à l’extrême nord-est du Maroc. En effet, son embouchure est située à 14 km de la frontière algérienne. La Moulouya formait la frontière est de la République du Rif dans les années 1920 avec de l’autre côté une petite partie du Maroc, avec des villes importantes comme Saïdia et Oujda. La Moulouya a longtemps marqué la frontière entre les dynasties qui régnaient sur le Maroc et celles qui régnaient sur l’Algérie.

La Moulouya dessert une partie du Maroc oriental et se jette dans la Méditerranée près de la ville de Saïdia, à Ras El Ma (province de Nador). L’embouchure s’étire sur 2 700 hectares à 30 kilomètres de la ville de Berkane. Son bassin hydraulique est d’une superficie totale de 74 000 km2 et sa fonction principale est de drainer les eaux du Rif oriental et du Moyen Atlas à l’ouest ainsi que le Haut Atlas au sud. Ce bassin compte cinq barrages (Mohammed V1, Machraa Hammadi2, Hassan II 3, Enjil4 et Arabat5).

Biodiversité de l’embouchure de la Moulouya

L’embouchure de la Moulouya (35°06’ N – 2°22’ W) est classée SIBE (Site d’intérêt biologique et écologique). Il s’agit donc d’une zone de biodiversité importante, riche en végétation aquatique[1], puis en tant que site RAMSAR en 2005. Cinq systèmes d’habitats ont été recensés : marin, estuarien, d’eau courante, palustre et enfin lacustre.

Les espèces observées:

Grande Aigrette
Héron pourpré
Harle huppé
Râle des genêts
Pluvier guignard
Mouette mélanocéphale
Goéland argenté
Tourterelle des bois
Tourterelle maillée
Torcol fourmilier
Hirondelle de rivage
Pipit de Richard
Phragmite des joncs
Flamants roses

Quelques rares oiseaux ont été observés à Saidia et au niveau du pont sur l’Oued Cheraâ à Berkane:

Héron garde-bœufs : plusieurs dizaines.
Crabier chevelu : qques ex.
Aigrette garzette : une dizaine.
Héron cendré : qques ex.
Héron pourpré : 2 ad.
Cigogne blanche : qques ex.
Spatule blanche : 5 ex.
Canard colvert : une dizaine.
Sarcelle marbrée : 3ex. min.
Foulque macroule : qques dizaines.
Talève sultane : 3 ad.
Petit gravelot : 1 ex.
Chevalier gambette : 1 ex.
Barge à queue noire : 5 ex. min.
Mouette rieuse : une dizaine avec capuchons.
Goéland leucophée : qques dizaines.
Tourterelle des bois : Plusieurs ex. aux environs.
Tourterelle turque : quelques ex. à Saidia
Cochevis huppé : qques ex.
Hirondelle rustique : assez communes.
Bergeronnette du Maroc : 1 mâle ad.
Cisticole des joncs : entendues
bouscarle de Cetti : 3 ex. min.
Etourneau unicolore : qques ex. à Saidia.
Chardonneret élégant : qques ex.

Depuis quelques jours, de nombreuses personnes se mobilisent pour dénoncer les atteintes à cet écosystème unique.

Tout ayant commencé par la diffusion d’une série de vidéos par le collectif Espace de Solidarité et de Coopération de l’Oriental. L’ESCO est un espace associatif ouvert aux associations, aux coopératives, aux institutions et personnes ressources de l’Oriental du Maroc.

Il a été constitué en 2001 par 200 membres représentant le tissu associatif et coopératif actives dans la région de l’Oriental, conformément au Dahir de 1958 relatif à la création des associations.

L’Espace de Solidarité et de Coopération de l’Oriental est dirigé par un conseil d’administration composé de 23 membres élus par l’assemblée générale. Les membres sont rééligibles et choisissent au scrutin secret, un bureau exécutif composé de 7 membres.

Vous pouvez retrouver cette série de vidéos directement ( première, deuxième, troisième, quatrième, cinquième, sixième, septième, huitième, neuvième)

L’écosystème de l’Oriental est un écosystème fragile et de grande valeur qui a subi plusieurs atteintes ces dernières années avec l’aménagement de la station de Saïdia et l’exploitation opérationnelle de certaines unités industrielles comme l’expliquent certains documents en ligne depuis cette semaine sur Internet

Vous avez apprécié cet article? Abonnez vous!
 
 
[fbcomments]
 
 

A propos

Massolia a pour objectif de développer les technologies vertes au Maroc grâce à l'information et la promotion économique. Tous les sujets environnementaux sont concernés: énergies solaire, éolienne, hydraulique, construction durable, agriculture biologique, transports, conseil et certification, économies d'énergie, développement durable, assainissement,...
Massolia est la transcription phonétique du mot المسؤولية en arabe qui signifie “Responsabilité”.

Massolia sur Twitter
Massolia sur Facebook
S'abonner par email
S'abonner par RSS

Massolia sur Facebook