La cérémonie d’ouverture de cette session consacrée à l’examen et à l’étude des résultats des concertations autour du projet de la charte nationale de l’environnement et du développement durable, s’est déroulée en présence des représentants des présidents des deux chambres du parlement, de membres du gouvernement, des élus, des membres du CNE et des représentants de la société civile.

Le CNE, qui a tenu six sessions depuis sa restructuration en 1995, constitue un cadre consultatif pour examiner les différents lois et programmes ayant trait à l’environnement et au développement durable.

La 7ème session du Conseil vient parachever le processus d’une large concertation des pouvoirs politiques, de la société civile et des opérateurs économiques autour du projet de la charte de l’environnement et du développement durable, lancé par le gouvernement suite aux orientations de SM le Roi Mohammed VI, contenues dans le discours du trône de 2009.

L’importance de cette session s’est notamment vue reflétée à travers la présence de plusieurs ministres : Mme Benkhadra, Ministre de l’Eau, de l’Environnement, l’Energie et des Mines, M. Zaghoud, Secrétaire d’Etat à l’Eau et à l’Environnement, M. Ghellab, Ministre de l’Equipement et M. Baraka, Ministre délégué aux Affaires Economiques et Générales.

Dans son allocution, le Premier ministre Abass El Fassi, a annoncé mardi que 70 stations de traitement des eaux usées seront réalisées à l’horizon 2012 avec une enveloppe budgétaire de 15 milliards de dirhams.

S’exprimant lors de la 7ème session du Conseil national de l’environnement (CNE), M. El Fassi a souligné la nécessité de poursuivre la réalisation du programme national de traitement des eaux usées en vue de préserver l’environnement et faire face au manque en infrastructures destinées à la lutte contre la pollution, outre l’augmentation, réalisée, du taux de raccordement au réseau d’assainissement liquide pour atteindre 72 % de la population.

Evoquant le programme national de gestion des déchets ménagers, le Premier ministre a fait état de la mise en place de 12 décharges contrôlées, en plus de six autres dont la réalisation se trouve dans un stade avancé, et la mise à niveau des décharges anarchiques.

Il a, dans ce sens, insisté sur la nécessité de mettre en place 24 décharges contrôlées pour se débarrasser de 60 % des déchets solides à l’horizon de 2012, soulignant que ces projets nécessiteront une enveloppe qui s’élève à 5 MMDH.

En relation à la qualité de l’air, M. El Fassi a rappelé le programme visant à généraliser les stations de mesures de la qualité de l’air sur l’ensemble des régions du royaume, soulignant que le nombre de ces stations s’élève actuellement à 20.

Concernant les actions visant à lutter contre la pollution industrielle, il a indiqué que le gouvernement a adopté une approche progressive visant à soutenir les efforts déployés par le secteur industriel en vue de mettre à niveau les unités industrielles polluées, à travers le soutien du Fonds de lutte contre la pollution industrielle.

Vous avez apprécié cet article? Abonnez vous!
 
 
[fbcomments]
 
 

A propos

Massolia a pour objectif de développer les technologies vertes au Maroc grâce à l'information et la promotion économique. Tous les sujets environnementaux sont concernés: énergies solaire, éolienne, hydraulique, construction durable, agriculture biologique, transports, conseil et certification, économies d'énergie, développement durable, assainissement,...
Massolia est la transcription phonétique du mot المسؤولية en arabe qui signifie “Responsabilité”.

Massolia sur Twitter
Massolia sur Facebook
S'abonner par email
S'abonner par RSS

Massolia sur Facebook