Premier article d’une série dédiée à une gestion environnementale harmonieuse en milieu industriel

Le Maroc, en tant que pays en voie de développement, commence à faire face à de nouvelles réalités et des contraintes bien différentes à celles auxquelles le royaume était familiarisé. Les problèmes environnementaux sont d’ores et déjà parmi les plus frappants or, les coûts estimés de dégradation environnementale s’illustrent dans des chiffres difficilement négligeables, estimés à 13 milliards de dirhams (environs 3,7٪ du PIB national), sans oublier le Statut Avancé du Maroc accordé par l’Union Européenne, qui oblige à une convergence réglementaire à terme, et une meilleure intégration des paramètres environnermentaux dans la gestion au quotidien, et à la structuration d’un appareil de contrôle et d’accopagnement aux meilleurs pratiques. L’intensité des relations avec l’Union Européenne oblige à mettre des conditions bien spécifiques et à préciser les points à améliorer pour continuer de cette manière à mener à bien la coopération bilatérale, avec tout ce qu’elle signifie en termes de bénéfices pour les deux côtés. Tout cela nous met devant la nécessité d’une’action urgente face à cette problématique, aussi importante qu’imposée par les temps qui courent.
Les entreprises, en terme de notoriété et d’image notamment, prônent ces transformations et les encouragent, vue la transcendance mondiale et la sensibilité d’un tel aspect, biensûr, ceux qui s’ajustent le plus vite et le mieux aux standards internationaux de protection environnementale bénéficient d’un large éventail d’avantages, matérielles ainsi qu’immatérielles.
L’engagement environnemental est avantageux rapporte des avantages sur plusieurs fronts, tels une meilleure gestion des risques, une production plus efficiente et aussi une communication plus fluide, aux sous les yeux du client et aussi vis à vis des employés, plus motivés de leur part …
Au Maroc, Holcim et Lafarge ont entamé des projets de vaalorisation de déchets dangereux exemplaires. L’exemple de Toyota, qui fut le pionnier dans la fabrication des moteurs hybrides, en fournissant des voitures « vertes » confirme cette nouvelle vision dans le monde des entreprises . Le côté pile L’autre face de la monnaie est le non respect, ou bien les réticences face à ce problème peut jouer des mauvais tours même aux plus grandes des compagnies (Le désastre du naufrage du pétrolier « Erika » affrété par Total, et plus récemment , celui de BP au Golfe du Mexique ou en Mer de Chine, ont coûté non seulement d’énormes sommes en termes d’indemnités, mais aussi une érosion évidente de l’image des compagnies).

Nizar Bakhat/REME/GIZ

Gestion environnementale, gouvernance, UE, statut avancé, MDP, gestion des déchets, environnement, Maroc, coopération

Vous avez apprécié cet article? Abonnez vous!
 
 
[fbcomments]
 
 

A propos

Massolia a pour objectif de développer les technologies vertes au Maroc grâce à l'information et la promotion économique. Tous les sujets environnementaux sont concernés: énergies solaire, éolienne, hydraulique, construction durable, agriculture biologique, transports, conseil et certification, économies d'énergie, développement durable, assainissement,...
Massolia est la transcription phonétique du mot المسؤولية en arabe qui signifie “Responsabilité”.

Massolia sur Twitter
Massolia sur Facebook
S'abonner par email
S'abonner par RSS

Massolia sur Facebook