Dépêche

Paris, 18/01/11- La position géographique du Maroc et la taille de son marché en font « une base idéale » pour l’implantation d’industries, affirme la Compagnie française d’assurance pour le commerce extérieur (Coface) dans son rapport annuel.

Dans son évaluation 2011 du « risque pays », la Coface maintient la note A4 pour le Maroc, jugeant que la probabilité moyenne d’un défaut de paiement y « reste acceptable » avec un environnement des affaires qui demeure « convenable ».

Pour l’assureur-crédit à l’exportation pour le compte de l’Etat et des entreprises en France, l’installation d’industries dans le Royaume est notamment favorisée par « une stratégie de montée en gamme et de diversification de la production », avec des secteurs prioritaires (automobile, aéronautique, électronique, chimie, mais aussi le textile/cuir et l’agroalimentaire).

Parmi les points forts de l’économie marocaine, le rapport cite également la présence de ressources naturelles et d’un vaste potentiel touristique, la proximité du marché européen, la politique nationale de stabilité macroéconomique, en plus de la stabilité politique du pays.

Après avoir fait preuve d’une « très bonne résistance » à la crise en 2009, la croissance de l’économie marocaine continuera à être portée en 2011, comme en 2010, par la demande interne, selon les experts de la Coface.
Ils estiment que la reprise des activités non-agricoles, enclenchée en 2010, devrait se poursuivre, cette année, avec la montée notamment des secteurs de l’énergie, de l’automobile ou encore du bâtiment, « sous l’impulsion du développement du logement social par le gouvernement ».

Le rapport considère que la contribution « déterminante » de la demande interne explique, pour partie, que « la croissance doive rester soutenue au Maroc, en dépit d’une dépendance envers l’Union européenne (UE) où celle-ci restera molle ».

Des finances publiques assainies, un endettement extérieur modéré.
Pour les initiateurs du rapport, l’assainissement des finances publiques ces dernières années et l’endettement public modéré, essentiellement domestiques, qui en a résulté, ont permis la poursuite d’une politique budgétaire contra cyclique en 2010.

Ils estiment que l’année 2011 devrait marquer le retour à « une certaine rigueur », d’autant plus que les réformes en cours ont pour but de réduire durablement le déficit budgétaire et la dette publique.

D’après le rapport, une grande partie de la dette extérieure, essentiellement publique et « dont le poids est raisonnable », est en effet due à des conditions concessionnelles, ce qui constitue « un avantage certain ».
La capacité du pays à faire face à ses engagements extérieurs semble donc assurée, « quels que soient les chocs défavorables que pourrait subir l’économie », estiment les experts de la Coface.

Ils considèrent dans ce contexte que le Maroc est peu dépendant de financements volatils, « en dépit de l’importance du déficit des comptes extérieurs et du fait qu’il ne doive être qu’en partie couvert par les flux d’investissements directs étrangers ».

Ces investissements, provenant principalement de l’UE ou du Moyen-Orient, s’insèrent le plus souvent dans le cadre de partenariats public-privé dans le cas des infrastructures routières, ferroviaires, portuaires ou touristiques, relèvent-ils.

La Coface estime, par ailleurs, qu’avec un régime de change administré et un niveau de réserves confortable, le Maroc dispose d’une capacité de résistance « satisfaisante » à un retrait brutal de capitaux, d’autant plus que son système bancaire est considéré comme étant « le plus développé d’Afrique, en dehors de l’Afrique du Sud ».
« Il demeure bien capitalisé, liquide et rentable, et l’amélioration de la réglementation marco-prudentielle progresse », explique-t-on auprès de la Coface.

La Coface, longtemps établissement public, est actuellement filiale du groupe financier Natixis. La compagnie assure la gestion des garanties publiques à l’exportation pour le compte de l’Etat français et conseille les entreprises dont plus de 200 groupes mondiaux, pour la gestion du risque.

MAP

Vous avez apprécié cet article? Abonnez vous!
 
 
[fbcomments]
 
 

A propos

Massolia a pour objectif de développer les technologies vertes au Maroc grâce à l'information et la promotion économique. Tous les sujets environnementaux sont concernés: énergies solaire, éolienne, hydraulique, construction durable, agriculture biologique, transports, conseil et certification, économies d'énergie, développement durable, assainissement,...
Massolia est la transcription phonétique du mot المسؤولية en arabe qui signifie “Responsabilité”.

Massolia sur Twitter
Massolia sur Facebook
S'abonner par email
S'abonner par RSS

Massolia sur Facebook