Le littoral de Saïdia a connu la construction de nombreux port depuis le début du siècle passé. Le premier port, édifié le mois de juillet 1900, est celui de port Say de l’autre côté de la frontière algéro-marocaine sur la rive droite de l’Oued Kiss pendant le protectorat français.
Après la première guerre mondiale et suite à la demande de nombreuses compagnies maritimes un autre port fut créé sur la rive gauche de l’Oued Kiss à Saïdia. Les autorités du protectorat décidèrent le 07/10/1919 de créer le port de Saïdia pour faciliter les exportations des produits agricoles et miniers de la région vers la métropole. Une digue de 60 m fut construite mais très vite après quelques années d’activité le port connait lui aussi le problème d’ensablement comme celui de port Say.
En 1987 la baie de Saïdia connait la construction d’un autre port à Cap de l’Eau destiné à la pêche. Ce port, malgré le site favorable du à l’existence de falaise, connait lui aussi le problème d’ensablement et doit subir de temps en temps un dragage.
La Direction des Ports et du Domaine Public Maritime décide en 1997 de construire à 6km à l’Ouest de Saïdia et 4.5 Km à l’est de l’embouchure de la Moulouya, un port de pêche et de plaisance.
Ainsi une jetée de 820 m de long et une digue transversale de 368 m furent réalisées et forment un bassin d’eau de 16 ha.
Dés l’achèvement de sa construction en 1999 le port connait un sérieux problème d’ensablement et nécessite un dragage permanent ou d’autre solution technique comme le changement de l’orientation de son ouverture ou la construction d’une autre digue de protection. Ce sont là des problèmes qui nécessitent de la part des décideurs des études techniques sérieuses et de simulation sur la base de données fiables pour pouvoir prendre une décision pertinente. En effet jusque là les décisions hâtives se sont soldées par des échecs flagrants.
Ce port fait dorénavant partie intégrante du projet touristique FADESA et a fait l’objet d’agrandissement pour occuper un espace de 290.000 m².
Depuis sa construction, le port subit un ensablement considérable et doit être régulièrement dragué. L’orientation de l’ouverture a été décidée suite à une étude sédimentologique réalisée par LPEE qui a estimé de façon erronée que le transit littoral résultant était orienté de l’Est vers l’Ouest.
Un dragage a été réalisé au début du mois d’avril 2005 par la société DRAPOR. Ce sont, près de 25.000 m³ de sable qui ont été dragués, essentiellement au niveau de la passe d’entrée. L’ensablement de la jetée ouest et de l’entrée du port est dû au vent d’Ouest.
La construction du port de Saïdia a divisé la plage en deux secteurs:
• Le premier, à l’Ouest du port, s’enrichit au voisinage immédiat du Port de plus en plus par les sédiments de la Moulouya redistribués par la dérive littorale.
• Le deuxième, à l’Est du port (vers Saïdia), s’appauvrit de plus en plus en sédiments en s’éloignant du port et en se rapprochant de Saïdia. Ceci est dû à la présence du port qui demeure un obstacle stoppant le transit des sédiments aussi bien d’un côté que de l’autre.
A la suite des problèmes d’ensablement que connaît le port de plaisance de Saïdia, les autorités marocaines ont décidé de construire une autre digue qui aura pour objectif principal de protéger le port de l’ensablement et qui résultera de l’extension de la capacité d’accueil et d’accostage des bateaux.
La nouvelle digue de 820 m qui a été construite pour protéger la Marina de Saïdia peut, à notre avis, accentuer les problèmes d’érosion qui ont lieu sur le littoral de Saïdia.
La nouvelle digue en tant qu’obstacle va amplifier l’arrêt de l’acheminement des sédiments vers la plage plus à l’Est devant la ville de Saïdia et donc accélérer le recul du trait de la côte à ce niveau.

Photo du 26/04/2012 montrant un chantier de dragage de la Marina de plaisance de Saïdia et un dispositif pour stoker le sable sur le quai de la marina.

Ces hypothèses se trouvent actuellement confirmées du fait du lancement d’une nouvelle opération de dragage en date du 20 avril 2012 pour curer les fonds des bassins de la marina qui ont piégé les sédiments destinés à alimenter la plage dans la partie Est de la marina devant la ville de Saïdia. Dans les anciennes opérations de dragage le sable était largué au large pour être redistribué sur la plage mais dans l’opération actuelle un dispositif a été mis en place pour sortir le sable et le stoker sur le quai est donc l’acheminer vers l’extérieur du littoral en privant la plage de Saïdia de son sable précieux pour l’alimenter et combler le bilan déficitaire dont il soufre depuis l’installation de la marina de plaisance et de loisir.

Benata Mohamed, Ingénieur agronome, Président de l’Espace de Solidarité et de Coopération de l’Orienta (ESCO)l, membre fondateur de l’Ecolplate forme du Maroc du Nord (ECOLOMAN)

Vous avez apprécié cet article? Abonnez vous!
 
 
[fbcomments]
 
 

A propos

Massolia a pour objectif de développer les technologies vertes au Maroc grâce à l'information et la promotion économique. Tous les sujets environnementaux sont concernés: énergies solaire, éolienne, hydraulique, construction durable, agriculture biologique, transports, conseil et certification, économies d'énergie, développement durable, assainissement,...
Massolia est la transcription phonétique du mot المسؤولية en arabe qui signifie “Responsabilité”.

Massolia sur Twitter
Massolia sur Facebook
S'abonner par email
S'abonner par RSS

Massolia sur Facebook