Cet article est le 4ème d’une série de 4 extraits d’une intervention de Mr Mounir Ferram, Directeur délégué de la CGEM.
Retrouver le premier article: Le contexte environnemental international
Retrouver le second article: Le contexte environnemental Marocain
Retrouver le troisième article: Les opportunités de l’économie verte pour le Maroc

Une Bonne gouvernance :

La conduite de changement représente un élément majeur dans la transition vers l’économie verte et ce à travers :

  • La déclinaison de la stratégie et des enjeux d’une économie verte en termes d’optimisation des ressources, de compétitivité et de performance ;
  • L’implication de l’ensemble des acteurs concernés,
  • L’encouragement et l’incitation aux entreprises par des dispositifs appropriés,
  • Le rapprochement des entreprises pour un meilleur effet de synergie.

Une vraie stratégie de communication adaptée aux entreprises :

Développer les pratiques d’une économie verte dans le tissu économique marocain, nécessitera, sans doute, une stratégie de communication cohérente vis-à-vis de tous les acteurs concernés.

La stratégie appropriée devra avoir comme objectif :

  • La mise en place de contenu communicationnel adapté et personnalisé ;
  • La proximité et la conscientisation des cibles pour une meilleure appropriation de la problématique ;
  • Une diffusion large et interactive avec l’ensemble des cibles concernées.

Formation de compétences :

La mutation vers l’Économie verte requiert une éducation au développement durable, y compris la formation à de nouvelles compétences professionnelles et à de nouveaux systèmes. Les programmes de formation aux emplois verts peuvent être intégrés dans des plans éducatifs tant académiques qu’informels.

Pour cela, différentes actions peuvent êtres menées :

  • Identification des métiers concernés ;
  • Définition des besoins en formation et organisation de parcours de formation et de qualification ;
  • Appui des recrutements via un service « après-formation » ;
  • Diffusion et valorisation des métiers de la croissance verte.

Suivi des indicateurs :

  • Les entreprises améliorent leur productivité, réalisent des économies d´échelle et gagnent des parts de marché grâce à la précision de leurs indicateurs de gestion. De la même manière, la mise en place d´une politique responsable s´appuie sur des indicateurs de performance adaptés. Ils doivent être pertinents et en quantité suffisante pour réaliser les objectifs de l´entreprise.
  • Les indicateurs de performance sont spécifiques à un secteur d’activité et révèlent des opportunités d’amélioration par rapport à la consommation d´eau, d´énergie, au recyclage, à la quantité de déchets produits…
  • Cependant, un suivi régulier de ces indicateurs s’impose pour définir un état des lieux permettant de se situer par rapport aux actions entreprises et à celle à entreprendre.

Mounir Ferram
Directeur délégué de la CGEM, Mounir Ferram est également enseignant et chercheur en management, marketing, commercialisation et communication au Conservatoire National des Arts et Métiers (Paris), à l’Institut Universitaire de Technologie, René Descartes (Paris) et à l’Institut Universitaire de Technologie (Cergy Pontoise).

Vous avez apprécié cet article? Abonnez vous!
 
 
[fbcomments]
 
 

A propos

Massolia a pour objectif de développer les technologies vertes au Maroc grâce à l'information et la promotion économique. Tous les sujets environnementaux sont concernés: énergies solaire, éolienne, hydraulique, construction durable, agriculture biologique, transports, conseil et certification, économies d'énergie, développement durable, assainissement,...
Massolia est la transcription phonétique du mot المسؤولية en arabe qui signifie “Responsabilité”.

Massolia sur Twitter
Massolia sur Facebook
S'abonner par email
S'abonner par RSS

Massolia sur Facebook