Le directeur du bureau de l’UICN Méditerranée (Union Internationale pour la Conservation de la Nature – Méditerranée), Anthony Troy, et le deuxième vice-président et le vice-provincial à Malaga de l’Environnement, Miguel Esteban Martin, a présenté l’étude sur la conservation et le développement durable de la mer d’Alboran (espace maritime situé en Méditerranée occidentale aux confins du detroit de Gibraltar).
Le livre est le résultat d’une étude de préservation économique, sociale et environnementale dans le cadre d’un projet de coopération dans la mer d’Alboran où les scientifiques ont collaboré, les institutions et les marocains, algériens et espagnols.

“Le gouvernement provincial de Malaga a rejoint l’UICN en 2003 et depuis, nous avons participé activement à un engagement ferme sur les différents projets de cette institution en Méditerranée, et croyons maintenant qu’il s’agit d’un projet d’une importance particulière, car elle implique de travailler ensemble entre trois pays”, a déclaré le responsable provincial.

Durant cette cérémonie, ont été présents Rafael Robles, coordinateur de l’étude, Driss Nacho, professeur à l’Université de Tétouan (Maroc), et Carlos Herrera de Pablo, chef de l’unité fonctionnelle du secteur agriculture et pêche d’Almeria. En plus de ces personnes et institutions, ont collaboré au projet le Centre océanographique de Málaga (IEO) et l’Institut National des Recherches Halieutiques – Maroc (INRH).

La mer d’Alboran est un espace maritime unique: l’entrée et la sortie de la Méditerranée et le point de contact entre l’Afrique et l’Europe. Y vivent de nombreux animaux terrestres et marins et il fait partie des voies de migration et de la navigation entre l’Atlantique et la Méditerranée. Il peut être considéré comme une zone de grande importance dans la géopolitique, stratégique et scientifique, mais avant tout, c’est le moteur de la biodiversité dans la Méditerranée occidentale. Pour assurer la conservation de la biodiversité et l’utilisation durable de ses ressources, il est nécessaire d’élaborer et de mettre en œuvre un plan de gestion coordonnée entre les pays riverains, à savoir l’Espagne, le Maroc et l’Algérie, qui devrait inclure les éléments clés intégrant gestion des zones côtières (GIZC), les Aires Marines Protégées (AMP) et la conservation des espèces et des ressources.

Partant de cette idée et de celle de la revitalisation du Centre pour la coopération dans la Méditerranée de l’UICN, les travaux de la commission ont commencé en 2007 avec une série d’études et d’ateliers dans lesquels ont été évaluées les caractéristiques particulières de la mer d’Alboran et le principaux risques pour la préservation de ce précieux écosystème. Plus tard, en 2009, a eu lieu à Oujda (Maroc) la deuxième réunion internationale sur la conservation et le développement durable dans la région d’Alboran, où les promoteurs du projet ainsi que les institutions d’Algérie, d’Espagne, du Maroc et des organisations internationales, ont signé une déclaration pour la préservation de la Mer d’Alboran. Dans la déclaration, les acteurs se sont engagés à élaborer les mesures proposées dans l’étude: amélioration de la visibilité d’Alboran et inclusion de la zone dans la liste des zones protégées, mise en place de la Convention de Barcelone, mise en œuvre d’un système d’échange d’informations sur l’utilisation des environnement marin et côtier, développement intégré des zones côtières fondées sur une approche écosystémique, renforcement du réseau d’aires protégées, et ce, afin d’assurer la pérennité des activités qui tiennent à se développer, promotion de la coopération internationale, création d’un centre de recherche sur la biodiversité marine en intégrant les expériences de différents pays, création de groupes de travail multidisciplinaires pour la conservation et le développement durable de la région pour développer le plan d’action et enfin la création du Réseau Alboran pour le Développement Durable comme un observatoire pour la conservation de cet espace unique.

Vous avez apprécié cet article? Abonnez vous!
 
 
[fbcomments]
 
 

A propos

Massolia a pour objectif de développer les technologies vertes au Maroc grâce à l'information et la promotion économique. Tous les sujets environnementaux sont concernés: énergies solaire, éolienne, hydraulique, construction durable, agriculture biologique, transports, conseil et certification, économies d'énergie, développement durable, assainissement,...
Massolia est la transcription phonétique du mot المسؤولية en arabe qui signifie “Responsabilité”.

Massolia sur Twitter
Massolia sur Facebook
S'abonner par email
S'abonner par RSS

Massolia sur Facebook