Récit de Jean-Marc Schneider, de l’association Protesa.

Ce samedi 2 octobre avait lieu la première journée de formation organisée par le groupe PROTESA de Tétouan. Le matin, nous avons eu droit à des présentations réalisées par des professeurs de la Faculté des Sciences de Tétouan.

Tetouan

L’un des exposés traita du problème du développement de la région et l’impact de celui-ci sur le milieu : déforestation, érosion, pollution des eaux étaient les principales préoccupations auxquelles il faut apporter rapidement des solutions.

L’autre exposé aborda le volet juridique et légal relatif à l’environnement. L’essentiel de l’exposé s’est fait en arabe et seul un bref résumé a été fait en fin d’exposé. De ce que j’ai pu en retirer c’est que le principe du “pollueur-payeur” s’applique et que le Maroc dispose d’un arsenal juridique bien fourni. Récemment, c’est une loi sur l’interdiction de fabrication , d’importation, de possession à des fins de commercialisation, de distribution gratuite des sacs et des sachets en plastique non dégradable et non biodégradable qui a ainsi été adoptée.

Malheureusement, je pense que l’application et le respect de cette législation restent encore en-deçà des besoins et que dans de nombreux cas, les infractions ne sont pas poursuivies car il y a un manque de moyens sur le terrain… Ainsi, à ma connaissance, il n’existe pas encore de brigades de l’environnement. Qui donc peut verbaliser ? Qui peut déposer plainte ?

Autant de questions que j’aurais aimées poser mais le planning de la journée était trop serré et il nous a fallu écourter la séance de questions-réponses proposées après les exposés. En effet, la journée prévoyait la visite des installations d’ATHISA, une unité de traitements de déchets hospitaliers localisée dans la zone industrielle de Tétouan et celle de la décharge municipale.

C’est au moyen de l’autocar du FC Tétouan, mis gracieusement à notre disposition par ce club que nous nous sommes rendus sur les deux sites.

Tetouan

La décharge municipale se trouve à quelques kilomètres de Tétouan en bordure de la route qui mène à Chefchaouen. Depuis peu, la décharge fait l’objet de travaux d’assainissement et certaines réalisations sont déjà visibles.

TetouanTetouan

L’employé qui nous a accompagnés nous a dit que la nouvelle zone de décharge avait fait l’objet de travaux d’imperméabilisation et que les lixiviats étaient collectés en aval. Très bien, mais je n’ai pas vu d’installations de traitement à proximité… Si quelqu’un a une réponse, je lui en saurai gré de nous en faire part, car quand on voit certaines flaques d’eau stagnantes à proximité on peut s’interroger sur les risques de contamination et la qualité des eaux de la nappe phréatique.

Tetouan

Un peu plus haut nous arrivons sur la nouvelle zone de décharge et à notre grande surprise nous avons constaté que le “champ” est occupé par de nombreux bovins…

Tetouan

A se demander ce qu’il peuvent trouver de comestibles dans ces déchets et la qualité des produits dérivés…

Au milieu du troupeau, notre oeil est attiré par la présence de volumineux bigbags remplis de déchets “triés”.

TetouanTetouan

Après renseignements, nous apprenons qu’il existe ainsi une filière de recyclage. Les déchets déversés sont triés sur le tas par les quelques personnes habitants sur le site… un peu plus haut sur les flancs de la montagne.

Tetouan

Les conditions de vie sont très rudimentaires et me font penser à des reportages sur les chiffonniers du Caire.

TetouanTetouanTetouanTetouan

Ici donc aussi, s’est développée une activité économique informelle… Et l’unité de production est installée à proximité.

Tetouan

Les déchets plastics triés sur le tas sont broyés au moyen au moyen d’une installation rudimentaire dont la force motrice est produite par un moteur de camion reconditionné.

TetouanTetouan

Les pellets obtenus sont ensuite stockés dans des sacs.

Tetouan

Ils seront acheminés finalement vers Casablanca, mais je ne peux dire pour quel usage. Je vois deux possibilités : traitement et recyclage sur place ou exportation vers la Chine, par exemple, où il y a une demande pour la fabrication des fibres “polaires”.

Article proposé par Jean-Marc Schneider, dont nous vous conseillons le blog Vie et tourisme à Tétouan
Découvrez également le groupe Facebook de l’association Protejamos Tetuan y sus alrededores

Vous avez apprécié cet article? Abonnez vous!
 
 
[fbcomments]
 
 

A propos

Massolia a pour objectif de développer les technologies vertes au Maroc grâce à l'information et la promotion économique. Tous les sujets environnementaux sont concernés: énergies solaire, éolienne, hydraulique, construction durable, agriculture biologique, transports, conseil et certification, économies d'énergie, développement durable, assainissement,...
Massolia est la transcription phonétique du mot المسؤولية en arabe qui signifie “Responsabilité”.

Massolia sur Twitter
Massolia sur Facebook
S'abonner par email
S'abonner par RSS

Massolia sur Facebook