2nd article d’une série de deux articles sur le sujet des terres rares

Les fameuses « terres rares » ne sont pas si rares et elles ne sont pas toutes en Chine. Malgré son nom, ce groupe de 16 métaux (1) utilisés dans les turbines à vent, moteurs électriques, ampoules électriques, mais aussi sur les écrans de télévision et de nombreux autres produits technologiques, est relativement abondant et bien réparti. Cependant, le faible nombre de mines à ciel ouvert en dehors de la Chine, la complexité de son exploitation et l’incidence particulière sur l’environnement, auquel s’ajoute le maintien de prix bas par la Chine (avec moins de normes environnementales et un moindre coût de la main d’œuvre) sont les explications d’une concentration de 95% de la production de minerais terrestres rares dans les pays asiatiques aujourd’hui. Cela a créé une situation délicate lorsque la Chine a commencé à réduire ses exportations afin de réserver une partie de ces métaux pour leur industrie nationale. « Les Américains, ont des terres rares mais ont laissé leurs mines fermer pour éviter la contamination. Ce qui risque de se passer dans les prochaines années, c’est la réouverture des mines aux États-Unis ou en Australie, mais avec des terres rares qui seront beaucoup plus cher, ils devront respecter plus de normes environnementales que les Chinois », dit Benoît De Guillebon.

Les métaux du groupe platine (2) sont essentiels dans un grand nombre d’applications, mais certains, tels que le platine ou le palladium lui-même, sont des métaux précieux utilisés en bijouterie. Un téléphone mobile classique peut contenir environ 16 grammes de cuivre, 0,35 grammes d’argent, 34 mg d’or, 15 mg de palladium et 0,34 mg de platine. Bien que la demande pour ces métaux soit de plus en plus importante, l’offre est très limitée et environ 90% de la production mondiale de platine est concentrée dans deux pays: l’Afrique du Sud et la Russie (une autre donnée: les ingénieurs français estiment que pour chaque tonne de minerai extrait, on obtient 4 à 7 grammes de platine). Cette situation pourrait se compliquer davantage: le platine est fondamental pour les voitures électriques à pile à hydrogène. Il est, en effet, utilisé comme un catalyseur pour transformer l’hydrogène et l’oxygène en électricité.

Les métaux sont un élément critique pour toutes les technologies. Dans le domaine de l’environnement, l’un des plus importants est le lithium, dont les réserves sont situées pour la plupart dans les mines de sel de Bolivie et du Chili. Le lithium est aujourd’hui essentiel pour la recharge des ordinateurs portables. Les ingénieurs français ont calculé que pour une batterie de voiture électrique (avec une portée d’environ 300 km), le besoin est de 20 kilos de carbonate de lithium et d’environ 3 kilos de cobalt. Ces besoins font que l’utilisation de cette technologie pour l’expansion à grande échelle de la voiture électrique n’est pas viable. Pour sa part, la Commission européenne n’a pas inclus le lithium dans sa première liste de matières premières essentielles, mais elle souligne l’importance du recyclage dans un effort de résorption de déséquilibres éventuels entre l’offre et la demande.

Dans quelle mesure la pénurie de ces métaux peut elle être résolue par le recyclage?

Contrairement à d’autres matériaux, les métaux peuvent être recyclés, et ce, indéfiniment. En théorie, on pourrait donc utiliser le métal des produits obsolètes pour en fabriquer de nouveaux. Cependant, il y a des limites, comme le montre les bouteilles bleues.

« Le recyclage peut être une piste à explorer, mais pour cela nous devons concevoir des produits facilement recyclables, dès le départ, aujourd’hui ce n’est pas facile de récupérer des métaux à partir d’un téléphone mobile », a déclaré De Guillebon, qui assure également que la pureté requise pour certaines applications technologiques ne peuvent parfois permettre d’utiliser des matériaux qui proviennent de recyclage.

Concevoir des produits afin de pouvoir réutiliser les métaux encore et encore multiplie leur disponibilité (dans le cas de l’aluminium, ceci également réduit considérablement les dépenses énergétiques).Un bon exemple de cela pourrait être ce qui se passe aujourd’hui dans l’industrie automobile avec le plomb, dont la principale source pour la fabrication de batteries conventionnelles des voitures elles-mêmes sont des batteries de voiture obsolètes.

«Le recyclage, oui, mais nous devons aussi stabiliser notre consommation. Nous arrivons à la limite avec les métaux et nous devons penser différemment « , dit le français. « Il ya deux questions clés: la rareté et les aspects géopolitiques. Nous n’avons pas de métaux en Europe. » « J’espère que nous trouverons des solutions intelligentes avant d’entrer dans des conflits entre les pays. »

(1) Les terres rares sont les métaux tels que l’yttrium et les lanthanides appelé: le lanthane, le cérium, le praséodyme, le néodyme, le prométhium, le samarium, l’europium, le gadolinium, le terbium, le dysprosium, l’holmium, l’erbium, le thulium, l’ytterbium, le lutétium. Parfois, il peut s’agir aussi scandium.
(2) Les métaux du groupe du platine sont le platine, le palladium, le ruthénium, le rhodium, l’osmium et l’iridium.

Vous avez apprécié cet article? Abonnez vous!
 
 
[fbcomments]
 
 

A propos

Massolia a pour objectif de développer les technologies vertes au Maroc grâce à l'information et la promotion économique. Tous les sujets environnementaux sont concernés: énergies solaire, éolienne, hydraulique, construction durable, agriculture biologique, transports, conseil et certification, économies d'énergie, développement durable, assainissement,...
Massolia est la transcription phonétique du mot المسؤولية en arabe qui signifie “Responsabilité”.

Massolia sur Twitter
Massolia sur Facebook
S'abonner par email
S'abonner par RSS

Massolia sur Facebook