2012 verra l’application pleine du traité de libre-échange avec l’Union Européenne : les exportations marocaines auront, en principe, un accès libre aux marchés européens mais cette liberté sera conditionnée au respect des réglementations environnementales européennes.
La mise en place de la réglementation REACH (Registration, Evaluation, Autorisation, and Restriction for Chemicals) en Europe a pour objectif de répertorier, évaluer, puis seulement autoriser l’entrée de substances chimiques réputées nocives pour la santé ou l’environnement. Des restrictions qui peuvent virer à l’interdiction.
En effet, REACH impacte, par ailleurs, l’accès des produits manufacturés qui intègrent ces mêmes substances.
Le ministère de l’Énergie, des mines, de l’eau et de l’environnement prévoit de mettre de l’ordre dans les importations et exportations de déchets industriels et produits chimiques. Une base de données intégrale des flux de ces produits est en cours d’établissement, sur la base d’une étude qui devrait faire l’état des lieux sur ce domaine À terme, l’idée est de préparer les rapports nationaux exigés par la convention de Bâle. Faisant d’une pierre deux coups, cet inventaire permettrait aussi de sonder où en est le royaume en matière de conformité aux normes européennes d’échanges de produits dangereux et de déchets industriels, à la veille de 2012.
L’élaboration de cette base de données sur les échanges commerciaux de produits dangereux et déchets industriels, est aussi destinée à venir combler le manque d’information. En effet, peu de chiffres actualisés existent sur ce business, en croissance depuis 2006. Pour l’exemple, les exportations de l’industrie chimique ont atteint, en 2010, une valeur de 21 milliards de dhs. Selon des données les plus récentes de la tutelle, les exportations vers l’UE de ce grand secteur atteignent les 7 milliards de dhs, soit 33% de ses exportations globales. 88% des sociétés exportatrices de ce secteur opèrent sur le marché des «Vingt Sept».
L’inventaire que souhaite mener la tutelle sur ce secteur, tombe à pic. Par ailleurs, une agence dédiée à la gestion de ce système a d’ailleurs été créée et a déjà mené plusieurs séances d’information auprès des exportateurs marocains, regroupés au sein de la Fédération de la chimie et de la parachimie (FCP). De ce côté, une structure technique permanente est aujourd’hui opérationnelle et est chargée, entre autres missions, d’orienter les industriels, d’assurer la formation et la veille et d’accompagner à la mise à niveau.
La mise à niveau de la réglementation et de l’appareil de contrôle marocains devrait permettre, au-delà de garantir l’accessibilité des produits de la filière marocaine au marché de l’UE, de créer les bases d’une possible concertation avec le ministère des Affaires économiques et générales afin de protéger le marché marocain de l’entrée de produits nocifs et dangereux, notamment en provenance de l’Empire du milieu

Vous avez apprécié cet article? Abonnez vous!
 
 
[fbcomments]
 
 

A propos

Massolia a pour objectif de développer les technologies vertes au Maroc grâce à l'information et la promotion économique. Tous les sujets environnementaux sont concernés: énergies solaire, éolienne, hydraulique, construction durable, agriculture biologique, transports, conseil et certification, économies d'énergie, développement durable, assainissement,...
Massolia est la transcription phonétique du mot المسؤولية en arabe qui signifie “Responsabilité”.

Massolia sur Twitter
Massolia sur Facebook
S'abonner par email
S'abonner par RSS

Massolia sur Facebook