Communiqué de presse – SAR la Princesse Lalla Hasnaa, Présidente de la Fondation Mohammed VI pour la protection de
l’environnement, à été nommée en 2007 « Ambassadrice de la côte auprès des Nations Unies ».
Ce titre constitue une reconnaissance internationale de l’expérience initiée par Son Altesse Royale, depuis 1999, qui a permis la mobilisation de l’ensemble des composantes de la société dans le domaine sensible de la Protection de l’Environnement et de la protection des plages plus particulièrement, à travers le programme « Plages Propres », et dont les résultats honorent notre pays.
Le 30 juillet 2009, lors du discours du Trône, Sa Majesté Le Roi Mohammed VI a appelé le
gouvernement à «élaborer un projet de Charte nationale globale de l’environnement».
Cette charte, qui est actuellement déclinée en Loi cadre sur l’environnement, sera la référence d’une stratégie environnementale de long terme. La protection des ressources et des écosystèmes naturels en est un des objectifs fondamentaux.
C’est dans ce contexte que la Fondation Mohammed VI pour la Protection de l’Environnement, a organisé, sous le Haut Patronage de Sa Majesté le Roi, une Conférence Internationale intitulée la «Gestion durable du littoral : rôle de l’éducation et de la sensibilisation » tenue le 9 Octobre 2010 à
Tanger afin d’échanger concepts et expériences de communication au service du développement
durable.
Les différents sujets exposés lors ce cette conférence ont traité diverses problématiques que connait le littoral : biodiversité menacée, pollution croissante, ressources halieutiques diminuées, tourisme durable, etc. Un panel d’experts de choix y a pris part pour faire l’état des lieux de la thématique en
question et débattre des stratégies de sensibilisation pour la mise en valeur durable des espaces littoraux.
Ainsi, une recommandation importante issue de cette conférence est l’organisation de « Journées du littoral » destinées à sensibiliser les citoyens en faveur de la protection notre patrimoine côtier.
Ces journées de sensibilisation ambitionnent:
– D’amener à une prise de conscience des dangers qui guettent le littoral et leurs
conséquences sur notre environnement ;
– D’initier une culture de préservation du littoral et de la véhiculer.
Importance du littoral et sa préservation
Le littoral, bande de terre, fragile et dynamique, entre le continent et la mer, est source de nombreuses richesses naturelles et d’un fort potentiel économique, qui en font un espace particulièrement convoité où se concentrent toujours plus d’opportunités et de contraintes. Les Commission Développement Durable jouent un rôle déterminant dans le développement économique des régions et des conditions de vie des riverains.
Le Maroc possède près de 3 500 km de côtes, abritant des paysages variés (plages, dunes, falaises, lagunes…) et une diversité de faune et de flore remarquable, comprenant des espèces menacées. Le littoral marocain, est un espace complexe, très diversifié, en profondes mutations et en perpétuelles transformations.
Dans la plupart des pays du monde, le littoral est l’une des zones qui souffre le plus de la
surexploitation de son espace naturel et écologique. Cela tient essentiellement aux modes de consommation actuels et à la concentration des activités économiques dans cette zone, qui connaît, de surcroît, une poussée urbanistique ininterrompue conjuguée à la multiplication des besoins en matière d’équipements, d’infrastructures et d’énergie. A ces défis, s’ajoutent les pressions exercées
par l’activité touristique saisonnière qui s’intensifie d’année en année.
– Sollicitations du littoral et impacts environnementaux.

Le littoral au Maroc est la zone de concentration des activités économiques et sociales par excellence. Le développement des activités industrielles et tertiaires et l’emprise immobilière sur les côtes exercent une pression environnementale croissante sur le littoral, territoire limité, et déjà
soumis à une vulnérabilité naturelle face à l’érosion marine et aux effets des changements
climatiques.
D’un point de vue environnemental, les côtes constituent des liens fragiles Terre/Mer dont la stabilité est régulièrement menacée. Les interventions de l’homme ont modifié leur équilibre naturel, défiguré leurs paysages et souvent provoqué des dégâts irréversibles. Ces effets peuvent s’exercer sur une distance importante des côtes et provoquent des dégâts, allant du retrait des côtes à l’invasion des terres basses par les mers et les océans.
L’autre menace qui pèse actuellement sur les côtes est l’effet des changements climatiques. Les conséquences potentielles de ces phénomènes sont considérables. La force et la capacité de transport des courants océaniques s’en trouvent modifiées. La vitesse d’érosion des côtes est de plus en plus accélérée et le retrait est plus marqué. L’augmentation du niveau de la mer, la puissance et la fréquence des phénomènes climatiques ont aggravé la menace sur la stabilité des côtes fragilisées.
Les études menées sur les côtes africaines ont montré que ces dernières sont les plus vulnérables et les plus sensibles aux effets des changements climatiques. L’élévation accélérée du niveau de la mer va intensifier la pression sur de nombreuses zones côtières et plus particulièrement celles où les
impacts des activités humaines ont porté atteinte à leurs capacités d’adaptation naturelle.
L’évolution régressive des plages marocaines a été engendrée par les aménagements littoraux en
particulier ceux qui altèrent la dynamique côtière et perturbent le transit littoral des matériaux. D’un autre côté, les barrages qui ont été érigés sur les principales rivières, réduisent l’alimentation des plages.
Mais, il faut reconnaître que ce sont les prélèvements de sable sur les plages et les dunes bordières qui ont contribué d’une façon évidente à la modification de la morphologie du rivage.

– Comment préserver le littoral ?

Le littoral marocain est en proie à un nombre élevé de sollicitations, qui à terme risquent de mettre en péril son existence même. S’il est difficile de lutter contre les facteurs d’origine naturels, il est important de mettre le doigt sur ceux d’origine anthropique et dont la suppression reste un choix du développement que nous voulons avoir sur nos littoraux. Cette problématique environnementale
revêt une importance essentielle, et la politique à mener pour y faire face devra avoir une portée stratégique majeure.
Mesurant l’ampleur des défis à relever, le Maroc, a mis au point un projet de loi pour
l’aménagement, la protection, la mise en valeur et la préservation du littoral. L’aspect juridique est certes important, cependant, il n’en demeure pas moins que la gestion durable, tant au niveau du
littoral que pour ce qui concerne le développement en général, se mesure véritablement à l’aune de l’adhésion et de la mobilisation de toutes les composantes de la société, et à la constance des efforts
de sensibilisation et d’éducation, engagés dans ce domaine.
La priorité donnée à la gestion durable du littoral doit concilier respect du patrimoine naturel, développement économique et équilibre social, tout en préservant l’accès légitime des populations locales à cet espace.

Vous avez apprécié cet article? Abonnez vous!
 
 
[fbcomments]
 
 

A propos

Massolia a pour objectif de développer les technologies vertes au Maroc grâce à l'information et la promotion économique. Tous les sujets environnementaux sont concernés: énergies solaire, éolienne, hydraulique, construction durable, agriculture biologique, transports, conseil et certification, économies d'énergie, développement durable, assainissement,...
Massolia est la transcription phonétique du mot المسؤولية en arabe qui signifie “Responsabilité”.

Massolia sur Twitter
Massolia sur Facebook
S'abonner par email
S'abonner par RSS

Massolia sur Facebook