Si le liège fabriqué à partir de l’écorce du chêne-liège demeure le système favori pour couvrir les bouteilles de vin, il existe des alternatives, respectueuses de l’environnement.

Un simple bouchon peut-il modifier un écosystème tout entier ? Le liège fabriqué à partir de l’écorce du chêne- liège (Quercus suber) est encore le système favori pour couvrir les bouteilles de vin, mais des alternatives apparaissent dans certaines parties du monde plutôt que d’autres.

Parmi elles : le bouchon à vis en aluminium. Le changement va bien au-delà de la culture du vin. Ainsi, l’industrie du liège et des écologistes avertissent que cela peut avoir de graves conséquences pour les près de 2,2 millions d’hectares de liège dans le monde – plus des trois-quarts d’entre eux étant au Portugal, en Espagne et au Maroc.

Bouchon liègeBien que, en principe, il soit clair qu’elle soit la meilleure option d’un point de vue environnemental, il est vraiment difficile aujourd’hui de trouver des données fiables et rigoureuses permettant de comparer l’impact de ces trois types de fermeture. Cela est corroboré par le directeur de l’Institut catalan du liège (ICL), Manel Pretel, qui espère avoir bientôt une analyse du cycle de vie (ACV) du secteur, menée par l’Institut des sciences de l’environnement et de la technologie (Icta) de l’Université autonome de Barcelone. Toutefois, cet expert a compilé diverses études menées jusqu’à présent et cherché les valeurs moyennes de chacun d’eux. Le liège ressort clairement gagnant. Par exemple, selon ces estimations, en tenant compte de l’analyse plus favorable et le pire des cas, le bouchon en plastique émettrait en moyenne environ six fois plus de CO2, et celui en aluminium d’environ 15 fois plus que le
bouchon en liège.

Il y a plusieurs raisons pour lesquelles ces nouveaux matériaux ont commencé à apparaître dans les bouteilles. L’une est le prix et les coûts associés avec le processus de bouchage. D’autres que l’Australie ou la Nouvelle-Zélande ne disposent pas de plantations de liège.

C’est dans ces pays, avec d’autres comme le Chili et l’Argentine, que se renforce la concurrence au liège. Il y a quelques années, la menace était principalement le plastique, mais il semble que ce matériau perde de son attractivité. Et c’est maintenant la vis en aluminium qui accroît sa part de marché, selon les professionnels, même si l’écorce du bouchon de liège reste le plus largement utilisé.

Les critiques font valoir que le liège est un matériau naturel qui peut parfois subir des perturbations altérant le goût du vin mais, dans le même temps, les puristes ne peuvent pas imaginer l’ouverture d’une bouteille de qualité autrement qu’avec un tire-bouchon. Dans tous les cas, les conséquences peuvent être particulièrement graves, car ce petit bouchon d’un peu plus de quatre pouces de liège est étroitement lié à un écosystème unique en son genre et de grande valeur, limité à l’Europe du Sud et à l’Afrique du Nord.

Le Maroc, 4e producteur mondial de liège

Le Portugal est le premier producteur de liège (avec 157 000 tonnes en 2007), suivi par l’Espagne (88 400), l’Italie (17 000), et le Maroc (11 000). Au Maroc, les forêts de chêne liège s’étendent sur près de 350 000 ha, essentiellement dans les régions de la Maâmora, du plateau Central et du Rif. « Cependant, les peuplements susceptibles d’être aménagés et exploités économiquement ne représentent que 277.000 ha (79 %), dont 188 000 ha sont effectivement aménagés (68%) », explique un haut cadre du département des Eaux et Forêts, dans un document datant déjà de près de huit ans.

Disposant de 15 % de la superficie mondiale des subéraies, le Maroc ne contribue actuellement qu’à hauteur de 4 à 6 % dans la production mondiale de liège. L’exploitation des plans de gestion des subéraies marocaines sur une période de 12 ans – 1985/1996 – a permis de constater que sur un potentiel annuel indicatif de 178.000 stères (st), le volume annuel moyen mobilisé se situe autour de 129 500 st (environ 15.000 tonnes), soit un taux de réalisation moyen de 73 % et une productivité de 0,56 stères par hectare et par an. Les subéraies marocaines génèrent, rien que par la production de liège, l’équivalent de 15 millions de dollars US, soit près de 40 % des recettes annuelles générées par la commercialisation des produits forestiers locaux. Elles assurent l’activité à 45 entreprises de récolte de liège et à 13 unités industrielles de transformation et de valorisation de ce produit. 95 % de la production marocaine de liège est destinée à l’exportation.

Sur le plan social, les subéraies marocaines connaissent une grande activité pastorale, dont la valeur du produit en viande est équivalente à celle des produits bois et liège. Les activités d’exploitation de bois et de liège génèrent environ 375 000 journées de travail par an. L’écorce de liège ne doit pas être coupée de l’arbre, mais le tronc est enlevé par une technique complexe appelé bouchage. La particularité de cette technique est que, si elle est réalisée correctement, en respectantles délais, l’écorce des chênes-liège se régénère naturellement et peut être retirée. C’est une technique durable d’exploitation forestière, mais cela dépend en grande partie de la valeur économique du liège.

En outre, comme le directeur de l’ICL l’observe, le retrait de l’écorce de ces arbres est un facteur qui augmente la capacité de ces forêts à absorber le CO2. « Si ces forêts sont gérées, en tenant compte des critères de durabilité, elles captent de trois à cinq fois plus de CO2 que si elles n’étaient pas traitées », note Manel Pretel. Et le directeur de l’ICL de souligner que « l’exploitation de ces arbres par les humains leur fait absorber plus de CO2 ».

Il existe de nombreux types de liège, avec des qualités très différentes, faits à partir d’un seul morceau de liège, ou d’un conglomérat de morceaux de liège. Pour WWF Espagne, qui, pendant des années, a défendu l’utilisation de ce matériel, le meilleur bouchon est celui avec la certification FSC qui vient d’une forêt gérée durablement. « Le liège permet de maintenir l’intérêt économique de l’écosystème à se perpétuer dans le temps pour prévenir les incendies de forêt et à être déplacé par d’autres usages », a déclaré Elena Dominguez, de WWF-Espagne.

Vous avez apprécié cet article? Abonnez vous!
 
 
[fbcomments]
 
 

A propos

Massolia a pour objectif de développer les technologies vertes au Maroc grâce à l'information et la promotion économique. Tous les sujets environnementaux sont concernés: énergies solaire, éolienne, hydraulique, construction durable, agriculture biologique, transports, conseil et certification, économies d'énergie, développement durable, assainissement,...
Massolia est la transcription phonétique du mot المسؤولية en arabe qui signifie “Responsabilité”.

Massolia sur Twitter
Massolia sur Facebook
S'abonner par email
S'abonner par RSS

Massolia sur Facebook