La proposition d’introduire en Espagne un système de consigne pour certains types d’emballages a provoqué une levée de boucliers dans le secteur du recyclage. L’association Retorna propose que les consommateurs paient 25 centimes d’euro pour chaque bouteille ou canette qu’ils achètent qui leur seraient rendus dès lors qu’ils auraient déposé l’emballage acheté vide afin qu’il soit recyclé. Néanmoins, les entreprises de collecte et de tri sélectifs des déchets s’opposent à cette éventuelle mesure. Les parties prenantes de ce débat en Espagne se livrent, depuis quelques semaines, à une guerre de communiqués.
La nouvelle proposition de loi en discussion au parlement espagnol impose-t-elle un nouveau système de collecte des emballages ?
La nouvelle proposition de loi en discussion au parlement espagnol n’impose aucun nouveau système de collecte d’emballages et récipients mais rend possible d’éventuelles expérimentations afin de valider les viabilités technique et commerciale. Jesus Huertas, le directeur général de la qualité et de l’évaluation environnementale du Ministère de l’Environnement espagnol rappelle que toute instauration généralisée devrait passer par la voie législative sans que ce pré requis interdise la possibilité de projets pilotes au niveau local.
Quelle solution propose l’association Retorna ?
Retorna propose de revenir au système de consignation d’emballages tel qu’il existait il y a une quinzaine d’années un peu partout en Europe et au Maroc et tel qu’il a été remis en place en Allemagne, ces dernières années. Il s’agit d’obliger les points de vente des boissons dans des emballages en verre ou en aluminium à les obliger à récupérer les emballages vides afin de les réintroduire dans le circuit de recyclage. Retorna aurait souhaité que le système de recyclage à implanter soit suffisamment avancé afin que certains emballages puissent être réutilisés sans qu’ils soient nécessairement détruits auparavant. Le système proposé pourrait fonctionner en parallèle avec le système actuel de tri sélectif à travers les containers en couleur.
Quelle quantité d’emballages dans les déchets espagnols ?
Selon Ecoembes, une association espagnole d’entreprises du secteur des emballages, l’Espagne produit 400 millions de tonnes de déchets de tous type. Les résidus solides urbains représentent 6% de cette quantité, soit environ 24 millions de tonnes à l’année, ce qui équivaut à 556 kg par habitant (très au dessus de la moyenne européenne), desquels 4,8 millions de tonnes sont des emballages et 3,6 millions, des emballages domestiques. Tout simplement….
Comment le système de consignation peut-il améliorer la collecte des emballages ?
Retorna présente l’exemple de l’Allemagne où la consignation permet de récupérer plus de 90% des emballages mis sur le marché. Les gens n’aiment pas perdre de l’argent. De plus, la consignation permet une amélioration notable de la qualité des matériels recyclés puisque ceux-ci ne sont plus souillés par les autres déchets, d’ailleurs ceci se répercute en Allemagne sur la corrélation entre le prix de rachat des déchets par les unités de recyclage et leur circuit de récupération.
Combien coûterait l’implantation d’un tel système ?
Melchor Ordonez, le directeur général d’Ecoembes, reconnaît que la consignation permet d’élever le taux de récupération des emballages à plus de 90% mais il est trop coûteux de mettre en place un tel système pour une proportion de déchets aussi réduite. Mettre en place ce système en Espagne, selon les calculs de Ecoembes, supposerait d’installer plus de 20000 machines de collecte et plus de 70 centres de comptage, pour un montant initial d’investissement de 470 millions d’euros. Le dirigeant d’Ecoembes rappelle à cet égard que la consignation n’est pas une condition nécessaire à la mise en place d’une filière de récupération performante puis que la Belgique, pays d’Europe qui recycle plus de 90% de ses déchets n’en dispose pas.

Vous avez apprécié cet article? Abonnez vous!
 
 
[fbcomments]
 
 

A propos

Massolia a pour objectif de développer les technologies vertes au Maroc grâce à l'information et la promotion économique. Tous les sujets environnementaux sont concernés: énergies solaire, éolienne, hydraulique, construction durable, agriculture biologique, transports, conseil et certification, économies d'énergie, développement durable, assainissement,...
Massolia est la transcription phonétique du mot المسؤولية en arabe qui signifie “Responsabilité”.

Massolia sur Twitter
Massolia sur Facebook
S'abonner par email
S'abonner par RSS

Massolia sur Facebook