Il est difficile aujourd’hui d’acheter des aliments frais dans nombre de zones commerciales sans l’un de ces plateaux d’une matière mousseuse blanche: Qu’est-ce que ce type de contenant qui a proliféré soudainement dans les supermarchés?

Quand on regarde la barquette, vous pouvez vérifier qu’elle est marquée par un symbole triangulaire avec un nombre de 6. Il s’agit du code d’identification des plastiques et le “6” se réfère au polystyrène, un polymère dérivé du pétrole, avec lequel sont également fabriqués la vaisselle jetable, les pots de yaourt, les coquetiers…

Cependant, il ya beaucoup de confusion à propos du matériau particulier avec lequel sont faits ces plateaux, même parmi les producteurs eux-mêmes.

Pour le fabriquant Cryovac, qui a une usine de ces plateaux à Buñol (Valence), la réponse est qu’il s’agit de polystyrène expansé. Toutefois, l’Association nationale (Espagne) de polystyrène expansé (ANAPE) a déclaré qu’il s’agit d’une erreur commune et que les barquettes sont faites en polystyrène extrudé.

Il existe deux types différents de mousses plastiques, explique Raquel Lopez, directrice de l’ANAPE, le polystyrène expansé (aussi connu comme EPS, polystyrène, polystyrène …) est clairement une grappe de petites boules. C’est les mêmes boîtes de polystyrène du poisson ou de conditionnement des dispositifs électroniques, Ou encore celle des casques pour les cyclistes. Pour le construire, d’agrandir de petites billes de polystyrène qui ont déjà incorporé un agent d’expansion, en général le pentane. Le processus de transformation est d’élargir à un stade précoce les boulettes à la vapeur d’eau, laisser refroidir et les assembler dans les moules qui vont façonner le plastique.

Les barquettes blanches (ou d’autres couleurs) des supermarchés ont un aspect beaucoup plus uniforme, car ils sont généralement faits de polystyrène extrudé (XPS). Il ya une grappe de ballons, mais un matériau compact. Ils sont fabriqués différemment et dans ce cas, l’agent d’expansion est lee polystyrène, sous forme de billes, mais ajoutés dans l’extrudeuse, et on utilise du dioxyde de carbone ou d’autres gaz qui sont parfois mal compris.

Dans chaque cas, la matière première est le polystyrène. Cependant, la confusion qui entoure ces plastiques montre le peu que nous en savons. “L’industrie chimique est complexe et souvent les formules sont secrètes”, dit la directrice de l’ANAPE, en reconnaissant la difficulté à déterminer la composition spécifique de chaque marque. “Vous avez tendance à confondre ces deux matériaux, mais si vous cassez les plaques d’EPS, vous trouverez les billes de polystyrène comme pour l’extrudé”, insiste t-elle.

Quel est l’impact sur l’environnement de ces plastiques mousseux? La réponse peut aussi être très différente selon son usage et ce qui est fait avec tout au long de sa vie utile.

Comme le montre l’étude du cycle de vie des emballages d’une télévision, commandé il y a quelques années par les fabricants européens de polystyrène expansé (EUMEPS), l’augmentation de l’incidence peut être liée à sa fabrication à partir de matériaux vierges, c’est à dire, le polystyrène.

Dans le cas des emballages de supermarchés, peut-être que nous devrions nous poser la question de la réelle nécessité de ces emballages. Certaines grandes surfaces les ont remplacé par des plateaux en styromousse (ou d’autres matières plastiques) et d’autres produits de carton ondulé comme pour les fruits (souvent déjà un “emballage” naturel.)

Tous ces emballages peuvent être recyclés , se transformant en une boulette qui peut servir à fabriquer d’autres produits. En outre, le polystyrène expansé a une particularité: quand il est propre, le matériel peut être réutilisé directement dans le début du processus de fabrication.

Comme le précise Ignacio Zabala, ingénieur de recherche Centre de ressources et d’énergie (CIRCE), le polystyrène est produit à partir de l’éthylbenzène, le benzène est obtenu à partir de pétrole et de l’éthylène à partir de gaz naturel. Selon ses chiffres, pour chaque kilo de polystyrène, on a besoin de 1.17 kg de petrole et de 1,01 m3 de gaz naturel. En outre, chaque kilo implique également l’émission de 7,3 kg d’équivalent CO2 et la génération d’une énergie grise d’environ 29 kWh. “L’impact en termes de pollution de la production est donc élevé”, dit-il.

Toutefois, la façon de calculer l’impact change lorsque ces mousses plastiques utilisées pour d’autres applications, comme la construction. Cette forme de polystyrène d’une épaisseur beaucoup plus grande (soit expansé ou extrudé) peut aider à économiser de l’énergie si elle est placée comme isolant dans les murs d’une maison. Selon Josep Solé, directeur technique de la société Ursa (groupe Uralita), qui fabrique des panneaux de polystyrène extrudé à cet effet, “80% de l’impact environnemental de ces matériaux est en polystyrène, mais alors vous devez tenir compte de leur rôle dans les économies d’énergie dans un bâtiment qui est beaucoup plus importante que celui utilisé dans sa fabrication”.

Selon le CIRCE , même s’il est vrai que le polystyrène permet de réaliser des économies d’énergie dans les bâtiments, il existe d’autres matériaux qui sont moins répandus, mais qui ont un moindre impact, tels que le liège, la fibre de cellulose recyclée ou la laine de bois, qui, dans certains cas ont des émissions neutres ou proches de zéro.

Vous avez apprécié cet article? Abonnez vous!
 
 
[fbcomments]
 
 

A propos

Massolia a pour objectif de développer les technologies vertes au Maroc grâce à l'information et la promotion économique. Tous les sujets environnementaux sont concernés: énergies solaire, éolienne, hydraulique, construction durable, agriculture biologique, transports, conseil et certification, économies d'énergie, développement durable, assainissement,...
Massolia est la transcription phonétique du mot المسؤولية en arabe qui signifie “Responsabilité”.

Massolia sur Twitter
Massolia sur Facebook
S'abonner par email
S'abonner par RSS

Massolia sur Facebook