L’étendue des orangeraies en Méditerranée de l’Ouest est trompeuse : on pourrait penser que la culture de ce fruit est une ancienne tradition dans notre région, mais, à la vérité, son histoire ne remonte qu’à deux cents années, pour l’Espagne.

Selon des sources historiques, jusqu’à 1781, l’orange est utilisée uniquement de façon ornementale ou pour marquer une limite entre deux jardins. En cette année particulière, le prêtre Monzó, a lancé la première plantation de Bassa del Rei à Carcaixent.

Cette expérience a été un tel succès que la culture des oranges a rapidement pris son essor, apparaissant comme alternative à de nombreuses cultures qui ont subi des crises consécutives : céréales, raisins… Tout au long du XXe siècle, les oranges de Valence ont vécu un grand moment, aidées par les exportations vers des pays comme les Pays-Bas et la Belgique.

Crédit: Francisco Antunes

Cependant, à la fin du siècle dernier, la récolte d’oranges est entrée en crise, est ce, en raison de plusieurs facteurs. La libéralisation du marché a permis l’entrée en Europe pour moins cher les oranges en provenance de Turquie et le Maroc, et parfois l’hémisphère sud. En outre, ces variétés sont plus précoces et saturent le marché plusieurs mois avant la récolte espagnole. Aujourd’hui, les vastes champs d’orangers ne sont guère collectés ou utilisés par un agriculteur pour lequel il est plus coûteux de recueillir l’orange que de la vendre.

De Denia à Valence, on assiste au triste spectacle des orangeraies plein de fruits pourris ou jetés dans les champs au cours des années de crise comme celle en cours actuellement que celle qui nous touche aujourd’hui et qui signifie l’appauvrissement de nombreuses familles.

Dans cette situation, quelles alternatives peuvent fournir les orangers pour une économie verte ?
Nous avons l’habitude d’associer les expressions « économie verte » et « emplois verts », exclusivement au domaine des énergies renouvelables. Rien ne serait être plus éloigné de la réalité que cette vision réductrice. L’économie dite verte est l’ensemble des occasions d’affaires ou d’emplois que nous pouvons développer dans une économie durable, pour aider à réduire la consommation d’énergie, les émissions de gaz à effet de serre, ou éliminer les déchets ou la pollution, et à protéger ou à restaurer les écosystèmes et la biodiversité.

Cela ouvre un vaste champ de possibilités. Nous ne devons pas nous borner aux moulins à vent. De nouvelles pistes de création de valeur peuvent être explorées. Dans le secteur de l’agriculture à Valence, l’une de ces possibilités pourrait être de collecter nos fleurs d’oranger.

L’économie traditionnelle appliquée à l’orange de Valence s’est focalisée sur l’amélioration des machines de récolte pour réduire le coût de collecte, ainsi que la recherche sur les variétés précoces. Cependant, la plupart des plantations d’orangers sont trop petites pour justifier l’utilisation de machines de récolte.

La diversification des cultures peut être, par conséquent, l’une des clés. Dans le sud de la France, la culture de la lavande est un élément essentiel de l’agriculture. Nous parlons ici de plus de 1 000 tonnes de production et d’un chiffre d’affaires dépassant les 18 millions d’euros par an. Sans parler des avantages pour les producteurs et les commerçants qui ont créé une multitude de produits autour de la figure de la lavande. N’importe qui en France, par exemple, connaît la conception de nappes de Provence, qui puise sa source d’inspiration dans les fleurs sauvages célèbres. Il ya plus de 30 espèces de lavande, et les prix du marché sont très variables suivant la qualité du produit..

La fleur d’oranger est connue pour ses vertus. Elle est calmante et relaxante, délicieuse l’odeur est délicieuse, une fois distillée. Cette huile essentielle peut même servir à la pâtisserie et à la confiserie.
En outre, l’orange n’est pas la seule culture dans le domaine des propriétés curatives. Cerises, amandes, raisins, olives et figues sont d’autres produits de la terre qui pourraient avoir un rendement beaucoup plus élevé s’ils étaient cultivés biologiquement, utilisés dans la création de produits cosmétiques locaux, ce qui se traduirait par la création d’un travail de création de valeur à l’échelle de la région.

En outre, l’industrie cosmétique serait un grand allié du tourisme rural alternatif, qui émerge à certains points du territoire espagnol.

La généralisation de l’orange comme monoculture au début du XIXe siècle a provoqué l’abandon de nombreuses variétés locales des écosystèmes méditerranéens.

Une variété de produits typiques, tels que les courges et les citrouilles, les melons et les pastèques, l’ail, artichaut, les feuilles, et les différents types d’herbes comme le thym et le romarin, sont réintroduits.
Pour créer des emplois verts, il suffit de changer le regard sur notre environnement le plus proche, en s’appuyant sur nos produits et entreprendre de nouveaux projets.

Vous avez apprécié cet article? Abonnez vous!
 
 
[fbcomments]
 
 

A propos

Massolia a pour objectif de développer les technologies vertes au Maroc grâce à l'information et la promotion économique. Tous les sujets environnementaux sont concernés: énergies solaire, éolienne, hydraulique, construction durable, agriculture biologique, transports, conseil et certification, économies d'énergie, développement durable, assainissement,...
Massolia est la transcription phonétique du mot المسؤولية en arabe qui signifie “Responsabilité”.

Massolia sur Twitter
Massolia sur Facebook
S'abonner par email
S'abonner par RSS

Massolia sur Facebook