L’enquête « Visions for Change », menée par le Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE) auprès de 8 000 jeunes adultes urbains de 18 à 35 ans, originaires de 20 pays développés ou en développement* vient de mettre en évidence les attentes des jeunes en matière de développement durable.

En tout cas, une constante est qu’ils considèrent la pauvreté et la dégradation de l’environnement comme les plus grands défis auxquels l’Humanité est confrontée, et ce indépendamment du niveau de développement de leur pays (par exemple 82,3 % des Australiens comme 73,8 % des Vietnamiens le pensent).

Une autre constante est le volontarisme des jeunes du monde, qui rejettent massivement la résignation : seuls 25 % des jeunes estiment qu’ils n’ont aucune influence sur les politiques locales.
Pour ce faire, ils souhaitent « être mieux informés sur ce qu’ils peuvent faire pour contribuer à changer les choses ».

Très peu citent la recherche d’une vie luxueuse comme leur principale aspiration, lui préférant la sécurité financière, sociale, environnementale et personnelle.
Les jeunes de certains pays en développement (Brésil, Vietnam, Liban) mettent particulièrement en avant le souhait de vivre dans un environnement propre.

Les jeunes recherchent avant tout des solutions locales afin de mieux vivre et de mieux protéger leur environnement : l’usage du vélo, le jardinage urbain et le compostage urbain sont plébiscités.

Beaucoup d’entre eux s’engagent dans des associations (plus de 80 % des personnes interrogées en Australie, en Nouvelle-Zélande, aux Philippines et en Afrique du Sud), et demandent des liens de confiance entre eux et avec les autres générations, afin de permettre le développement de la coopération, de la solidarité et de la créativité collectives.
Ils souhaitent être informés et mobilisés sur les pratiques de vie « durable » par l’école, la formation professionnelle, les associations, les ONG ou encore les mouvements de jeunesse.

Selon Tim Jackson, professeur à l’Université de Surrey (Angleterre) et partenaire de la recherche, « Visions for change laisse voir de véritables germes d’espoir, et cet espoir pourrait être la ressource la plus puissante qui soit à notre disposition ».

Source : http://www.cdurable.info/+Les-jeunes-veulent-etre-un-moteur-du-changement-et-amener-une-nouvelle-vision-du-developpement-durable-selon-une-enquete-mondiale-du-PNUE-sur-les-modes-de-vie-durables,1938+.html

Alexis Vernier

* Note : le rapport a interrogé des jeunes provenant des pays suivants : Afrique du Sud, Argentine, Australie, Brésil, Canada, Colombie, Egypte, Etats-Unis, Ethiopie, Inde, Japon, Liban, Mexique, Nouvelle-Zélande, Philippines, Portugal, Royaume-Uni, Suède, Turquie, Vietnam.

Vous avez apprécié cet article? Abonnez vous!
 
 
[fbcomments]
 
 

A propos

Massolia a pour objectif de développer les technologies vertes au Maroc grâce à l'information et la promotion économique. Tous les sujets environnementaux sont concernés: énergies solaire, éolienne, hydraulique, construction durable, agriculture biologique, transports, conseil et certification, économies d'énergie, développement durable, assainissement,...
Massolia est la transcription phonétique du mot المسؤولية en arabe qui signifie “Responsabilité”.

Massolia sur Twitter
Massolia sur Facebook
S'abonner par email
S'abonner par RSS

Massolia sur Facebook