La « Déclaration de la Conférence Maghrébine d’Oujda pour lutter contre la Fracturation hydraulique pour l’exploration et l’exploitation des Gaz de schistes » a été annoncée au public depuis un mois, comment elle a été initiée ?
Au départ, nous avions souhaité organiser une conférence internationale qui rassemblerait des experts, des universitaires et des personnes ressources de la société civile des différents continents et notamment l’Europe et l’Afrique, qui viendraient apporter leur témoignage à ce sujet. Nous avons fructifié nos contacts dans les réseaux sociaux et l’internet avec de nombreuses personnalités en Europe et en Afrique et plus particulièrement dans les pays comme la France, la Tunisie, l’Algérie et le Maroc. Parmi les personnes contactées et qui étaient disposées à participer à la conférence Mr André Picot, Expert auprès de l’Union Européenne et président de l’association TOXICOLOGIE-CHIMIE et Mme Mylène Bolduc, qui n’ont pas pu venir au Maroc à cause de leurs engagements, ainsi que des experts tunisiens comme Mr Hedy Ali qui est très engagé dans la lutte anti gaz de schiste en Tunisie et Balghouti Mohamed du GIST qui est un groupement d’experts et de scientifiques tunisiens et des experts Algériens comme mon cher ami le Pr Moussa Kacem, qui est expert en environnement, expert en mines et carrières.
Quant à l’invitation à la conférence, elle était générale et ouverte au public et notamment aux élus, aux décideurs et fonctionnaires des administrations, aux associations et collectifs. Nous avons invité également les jeunes scolaires des Clubs écolo scolaires et leurs instituteurs ainsi que des étudiants et des universitaires. Nous avons invité également le Ministre de l’Energie, des Mines, de l’Eau et de l’Environnement (Maroc) et Mme la Directrice Générale de l’ONHYM (Office National des Hydrocarbures et des Mines) pour se faire représenter et communiquer à la conférence la position de leur organismes vis-à-vis de l’exploitation des Gaz de schiste au Maroc, mais malheureusement ils ont opté pour la chaise vide.
Alors on avait un choix entre le fait de reporter la date de la conférence à une date ultérieure pour permettre à interlocuteurs d’arranger leur emploi du temps pour pouvoir participer à la conférence ou bien considérer que le thème revêt un caractère d’urgence pour pouvoir entamer la campagne d’information et de sensibilisation du public le plutôt possible, nous avons opté pour la seconde solution car nous avons estimé plus important l’information et la sensibilisation de nos citoyens et de nos élus que de reporter encore plus la date de la conférence qui a déjà été reporté du 28 novembre au 08 décembre à la suite de la demande de notre ami Hedy ali.
La conférence a reçu une cinquantaine de messages de solidarité et de soutien des collectifs anti Gaz de schiste en France qui souhaitaient venir et participer aux travaux de la conférence et adhérer à sa déclaration ainsi que de nombreux messages de soutien et d’adhésion des associations marocaine.
Je voudrais à cette occasion rendre hommage à ces personnes et à ces collectifs, d’Europe et d’Afrique du Nord, qu’ils trouvent ici nos sincères remerciements pour leur soutien et leur solidarité.
En plus de ces messages de solidarité et de soutien, la conférence a reçu une importante lettre de solidarité et d’adhésion du Pr Moussa Kacem, Maître de Conférences à l’université d’Oran (Algérie), expert en environnement, expert en mines et carrières.
En outre il était prévu la contribution de nos amis Tunisiens Mrs Hedy Ali et Belghouti Mohamed, mais à la suite des derniers évènements qui ont eu lieu à Tunis nos deux amis n’ont pas se déplacer au Maroc.
la « Déclaration de la Conférence Maghrébine d’Oujda pour la lutte contre la Fracturation Hydraulique pour l’exploration et l’exploitation des Gaz de schiste » est le fruit de la concertation et l’échange entre nos amis maghrébins à savoir M. Hedy Ali, M. Belghouti Mohamed, Pr Kacem Moussa et moi-même. Après avoir pris note de toutes les observations formulées la déclaration a été distribuée aux participants de la conférence qui l’ont discutée et enrichi avec plusieurs suggestions qui ont été intégrées dans le document finale de la déclaration de la conférence. Cette déclaration est maintenant ouverte à toutes les personnes qui voulaient participer à la conférence mais qui ont été empêchées pour une raison ou une autre de venir à Oujda, il suffit de déclarer son adhésion à la déclaration finale qui a été publiée.
Donc en plus des personnes qui ont assisté à la conférence et des experts maghrébins et européens qui ont contribué dans la rédaction de la déclaration et des collectifs européens qui ont adressé leur messages de soutien à la conférence et sa déclaration, nous avons reçus de nombreux adhésions des associations ou des personnes ressources notamment :
– Christoph Stein : Coordinateur du WWF Espagne
– De Lopé Maria : WWF Med Po Maroc
– Dr El Madani Meryem : Chargée de projet au WWF Med Po Maroc
– Dr Benyakhlef Mohamed : Association du Gharb pour la protection de l’Environnement
– Dr Adnane El Ghazi : Association des amis de l’Environnement d’Oujda
– Pr Chakri Saïd : AESVT Tanger
– Pr Andalossi Mohamed Association AZIR pour la protection de l’Environnement Al Hoceima,
– Pr Chillasse Lahcen : Association des Amis du Parc National d’Ifrane
– Mr Drafat Mohamed Association Femme Bladi pour le Développement et le Tourisme
– Pr Bachiri Najib : Association Homme et Environnement Berkane
– Mr Mouhssin Hassan : Co-fondateur du réseau social « Tous Soldats pour l’Environnement »
– Pr Mahi Tabet Aoul : Université d’Oran

Qui ont les organisateurs de la conférence maghrébine d’Oujda ? Qui a financé la Conférence ? Qui sont les intervenants ?
La conférence maghrébine d’Oujda pour la lutte contre la fracturation hydraulique pour l’exploration et l’exploitation des gaz de schistes a été organisée avec le soutien du Conseil Régional de l’Oriental qui a mis à notre disposition la salle de conférence avec toute la logistique nécessaire. L’organisation et le soutien financier a été assuré par notre association Espace de Solidarité et de Coopération de l’Oriental. Des participants se sont déplacés depuis les villes de Marrakech, Casablanca et Rabat et de différentes villes de la Région orientale.
Ont assisté à la conférence 150 personnes parmi eux des parlementaires, des élus régionaux et locaux, des professeurs dans l’Université ou l’Académie, quelques responsables de l’administration notamment du Département de l’Environnement et de l’Office National de la Sécurité Alimentaire et la Santé Animale, des autorités locales ainsi que plusieurs associations de la société civile et des étudiants.
La séance d’ouverture a été présidée par Mr Omar Hjira, parlementaire et Maire de la ville d’Oujda et animée par les interventions de :
– Mme Françoise Bastide : Ex Vice-Maire de la ville de Canne et Fondatrice du groupe « Tous Soldats pour l’Environnement ».
– Dr Ghizlaine Ghalab : Membre de la Coordination Nationale pour la lutte Anti Gaz de schiste au Maroc et fondatrice du groupe et de l’Association « Maroc Solaire, Maroc sans Nucléaire »
– Mr Omar Zidi : Coordinateur général du Parti de la Gauche Vert au Maroc
La conférence a connu trois communications orales sous la présidence et la modération de Mr Khyar Mohamed, Ingénieur Agronome, Directeur de l’Observatoire Régional de l’Agriculture :
– Pr Chafi Abdelhafid : Expert en toxicologie, Université Med 1er Faculté des Sciences. « Impacts éco-toxicologiques des produits chimiques présents dans les fluides de la fracturation hydraulique ».

– Mr Benata Mohamed : Ingénieur Agronome, Président de l’ESCO, Coordinateur de l’ECOLOMAN et membre de la Coordination Nationale pour la lutte contre les Gaz de schistes : « Mobilisation de la société civile pour lutter contre l’exploitation des Gaz de schiste à travers le monde ».

– Dr Ghizlaine Ghalab, Présidente de l’Association et fondatrice du Groupe « Maroc solaire, Maroc non Nucléaire » : Impacts et risques de l’industrie nucléaire »
Après ces conférences un débat très fructueux et haut niveau s’est déroulé soit pour poser des questions aux intervenants soit pour suggérer des aditifs au projet de la déclaration de la conférence qui a été distribué à tous les participants. Après le débat et après avoir pris note de toutes les remarques concernant le thème de la conférence les travaux qui avaient démarré à 9H30 furent clôturé le samedi 08/12/2012 à 16H30.

Quels impacts et quelles perspectives pour votre campagne de sensibilisation contre les gaz de schiste ?

Pour arriver à la mobilisation de la société civile au niveau du Maroc nous nous sommes tracés une stratégie qui consiste essentiellement à informer et sensibiliser la population. Ce travail nous l’avons commencé lors de la rencontre des associations lors d’un atelier de travail coordonné par WWF qui a eu lieu à Al Hoceima le 28 septembre 2012.
Depuis cette date nous avons réalisé de nombreuses actions:
1- Information des associations membres du Gdt Maroc/WWF à la réunion d’AlHoceima
2- Circulation de l’information sur de nombreux réseaux sociaux de Face book
3- Diffusion d’une « Pétition pour Stopper le Gaz de schiste au Maroc »
http://www.avaaz.org/fr/petition/Stopper_lexploration_et_lexploitation_des_Gaz_de_schiste_au_Maroc/?fAuODcb&pv=1
4- Création d’une page sur Face book spécialisée dans le problème du Gaz de schiste : « Non au Gaz de schiste »:
https://www.facebook.com/pages/Non-Au-Gaz-De-Schiste/297282413721212?fref=ts
5- Essai de réseautage de plusieurs collectifs Anti Gaz de schiste en Afrique et en Europe; travail de lobbying, création d’une coordination nationale et d’un collectif maghrébin pour la lutte contre la technologie d’exploitation des Gaz de schiste.
6- En parler lors des Séminaires ou des Forums internationaux ou nationaux: Forum international de l’eau: Rencontre de vulgarisation des Lois environnementales
7- Créer des évènements comme «LA CONFERENCE MAGHREBINE POUR LUTTER CONTRE
LA TECHNOLOGIE DU GAZ DE SCHISTE »
8- Adresser des communiqués de presse et des écrits aux décideurs
9- Rencontre de sensibilisation avec les jeunes scolaires et les étudiants.
Nous considérons que la mobilisation de la société civile marocaine contre les Gaz de schiste est en phase de démarrage, nous essayons de multiplier les actions d’information et de sensibilisation dans le but de voir naitre des collectifs antis gaz de schiste dans les principales villes du Maroc. Pour le moment la coordination nationale anti gaz de schiste essaye d’organiser des rencontres de sensibilisation partout au Maroc comme les rencontres qui ont eu lieu à Rabat, Oujda, Al Hoceima. Nous avons un projet de rencontres au niveau de Casablanca, Marrakech, Meknès, Figuig, Jerrada, Taourirt, Tarfaya et d’autres régions du Maroc.

BENATA Mohamed, Ingénieur Agronome, président de l’Espace de Solidarité et de Coopération de l’Oriental (ESCO), Coordinateur de l’Ecolo Plate Forme du Maroc du Nord (ECOLOMAN), membre du Groupe de Travail Gdt-Maroc/WWF, initiateur de la Conférence Maghrébine pour la lutte contre le Gaz de schiste.

Vous avez apprécié cet article? Abonnez vous!
 
 
[fbcomments]
 
 

A propos

Massolia a pour objectif de développer les technologies vertes au Maroc grâce à l'information et la promotion économique. Tous les sujets environnementaux sont concernés: énergies solaire, éolienne, hydraulique, construction durable, agriculture biologique, transports, conseil et certification, économies d'énergie, développement durable, assainissement,...
Massolia est la transcription phonétique du mot المسؤولية en arabe qui signifie “Responsabilité”.

Massolia sur Twitter
Massolia sur Facebook
S'abonner par email
S'abonner par RSS

Massolia sur Facebook