Après avoir présidé, quelques jours auparavant, le comité de suivi des conventions cadre de mise en œuvre du projet intégré de production électrique d’origine solaire, le Ministre de l’Energie, des Mines, de l’Eau et de l’Environnement, Dr. Abdelkader Amara, a présidé, lundi 16 juin au siège de son département, la réunion du comité de suivi de la convention cadre relative au programme éolien. A cette réunion ont été présents les signataires de la convention, en l’occurrence, les directeurs généraux de l’ONEE et de la SIE, respectivement M. Ali Fassi Fihri et M. Ahmed Baroudi, ainsi que le président du Fonds Hassan II pour le développement économique et social, M. Abdelouahed Kabbaj.

Qualifiée d’importante par le ministre, cette réunion a, en effet, été consacrée à l’état d’avancement du projet intégré de l’énergie éolienne, dont la capacité atteint 1000MW. M. Amara s’est enquis point par point de l’évolution du programme mettant l’accent sur la nécessité d’accélérer la cadence de sa mise en œuvre par la mobilisation de l’ensemble des parties prenantes, tout en saluant leur dynamique avérée. « Nous entamons une phase névralgique de ce programme qui devra être opérationnel dans les délais », a insisté M. Amara soulignant l’importance que représente l’intégration industrielle : « C’est un élément clé du développement local et régional et un vecteur capital pour le transfert de technologies dans notre pays ainsi que pour l’intégration de l’industrie nationale dans les chaines de valeur au niveau mondial ».

Le programme intégré de l’énergie éolienne s’inscrit dans le cadre de la stratégie énergétique nationale ayant pour but d’assurer 42% de la puissance électrique à partir des énergies renouvelables. Il s’articule autour de deux phases : la première vise la construction et de la mise en service d’un parc éolien à Taza d’une capacité de 150 MW, tandis que la seconde concerne la réalisation de 5 projets d’une capacité totale de 850MW à Midelt (150 MW), Tanger II (100 MW), Tiskrad (300 MW), Jbel Lahdid (200 MW) et Boujdour (100MW). L’intégration industrielle représentera plus de 50% dans la seconde phase du programme.

A terme, ce programme permettra la valorisation du potentiel marocain d’énergie éolienne et le développement d’une industrie éolienne nationale et régionale. Ce programme aura, en effet, un impact économique et social favorable dans les différentes régions des sites à travers notamment la création d’emplois, la mise en place de formations spécialisées dans le domaine de l’éolien.

Vous avez apprécié cet article? Abonnez vous!
 
 
[fbcomments]
 
 

A propos

Massolia a pour objectif de développer les technologies vertes au Maroc grâce à l'information et la promotion économique. Tous les sujets environnementaux sont concernés: énergies solaire, éolienne, hydraulique, construction durable, agriculture biologique, transports, conseil et certification, économies d'énergie, développement durable, assainissement,...
Massolia est la transcription phonétique du mot المسؤولية en arabe qui signifie “Responsabilité”.

Massolia sur Twitter
Massolia sur Facebook
S'abonner par email
S'abonner par RSS

Massolia sur Facebook