Publicité

Madame Nezha El Ouafi a présidé, avec l’Ambassadeur de la République fédérale d’Allemagne Götz Schmidt-Bremme, la première Journée Maroco-Allemande de l’Energie, tenue le 28 septembre à Rabat.
« La transition énergétique est à la fois une obligation et une opportunité pour notre développement économique et durable, respectueux de l’environnement et de la population », tel a été le constat de Madame lee d’Etat chargée du Développement Durable.

« Nos objectifs en énergies durables, efficacité énergétique et notre grand engagement dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre font de nous un des pays les plus ambitieux en Afrique, comme l’Allemagne en Europe. C’est ce qui rend nécessaire ce Partenariat Energétique. Cette journée a permis aux acteurs publics et privés des deux pays d’échanger sur les éléments clés, les leviers politiques et les effets économiques d’une telle transition », ajoute Monsieur le Ministre.
L’Ambassadeur allemand, de son côté, a qualifié le Maroc de « leader de la transition énergétique en Afrique et partenaire stratégique pour l’Allemagne pour démontrer, à l’échelle internationale, la faisabilité et les grands avantages de la transition énergétique pour les sociétés, les économies et le climat de nos pays ».

Les trois panels thématiques ont approfondi les questions clés d’une transition énergétique : Comment la planifier sur le long terme, comment répondre aux défis de la transition en faisant bénéficier l’économie nationale, et comment faire de la transition énergétique un projet de la société dans son ensemble ?
Les intervenants représentant les ministères de l’énergie des deux pays, les opérateurs du secteur ainsi que des agences internationales, des think tanks, des représentants de l’industrie et de la société civile, se sont accordés autour de quatre piliers pour réussir la transition énergétique : l’efficacité énergétique, le remplacement des sources d’énergies fossiles par des sources principalement renouvelables, l’introduction de la flexibilité dans le système électrique, ainsi que l’intégration des secteurs de l’industrie, du bâtiment et du transport à travers notamment leur électrification.
« L’articulation de ces éléments dans une vision à long terme est indispensable pour créer des conditions stables pour les investissements à venir », insiste Martin Schöpe, Chef de division de la coopération internationale en matière de politique Energétique au sein du ministère allemand de l’Energie.

Selon Abderrahim El Hafidi, Secrétaire Général du Ministère de l’Energie, des Mines et du Développement Durable, « le Maroc a déjà avancé à pas de géant dans la transition énergétique avec ses objectifs ambitieux pour 2030, et a engagé la réflexion sur la période post-2030 ». Cette réflexion s’opère avec l’appui de la coopération technique allemande GIZ dans le cadre du Partenariat Energétique. « Le but est de définir, sur la base de scénarios énergétiques, les trajectoires possibles pour l’évolution du mix énergétique marocain à l’horizon 2050. Afin de renforcer le Ministère à ce sujet un « Centre d’Analyse et de Prospective Energétique » sera créé en son sein avec le soutien de la partie allemande ». En avril 2016, le Maroc et l’Allemagne s’étaient mis d’accord pour « œuvrer ensemble vers un avenir durable et essentiellement renouvelable à l’horizon 2050 ».

Quant aux effets économiques de la transition énergétique, les intervenants des deux pays se sont accordés sur l’importance d’introduire de la flexibilité dans le système électrique pour faire face à la variabilité des sources d’énergies renouvelables. Ils ont aussi hissé les bénéfices escomptés comme l’indépendance accrue vis-à-vis des énergies fossiles et une meilleure compétitivité de l’industrie nationale. Autre effet positif : la création d’emplois. « En Allemagne, l’industrie des énergies renouvelables emploie aujourd’hui 370.000 personnes et réalise un chiffre d’affaires de 19 milliards d’Euro. », explique Johanna Claudius, du think tank Öko-Institut qui a participé à la Journée. « Nous estimons qu’avec la continuation de la transition énergétique et l’atteinte des objectifs climatiques, 500.000 emplois additionnels seront créés d’ici 2050 et le PIB augmentera de 4,4% ».

Au Maroc, l’ouverture prévue le 11 octobre 2017 de l’usine de pales de SiemensGamesa RenewableEnergy à Tanger qui créera 700 emplois directs, démontre le potentiel économique du renouvelable. Mais ce sont aussi les nombreuses petites installations qui stimulent la création d’emplois : « En Allemagne, à peu près 50% des unités d’énergie verte appartiennent aux citoyens. Nous estimons qu’au Maroc, environ 11.000 emplois pourront être créés dans le segment résidentiel à horizon 2030, grâce à la prochaine ouverture du réseau basse tension et l’introduction de petites installations photovoltaïques » explique Christoph Urbschat, Directeur général du cabinet ECLAREON, qui a réalisé l’étude respective pour le compte de la Coopération allemande GIZ.

En effet, la transition énergétique se joue à toutes les échelles, et c’est ce qui a été mis en avant, des grands projets à ceux réalisés au niveau local. Mohamed Sefiani, Président de la commune Chefchaouen, a présenté ses projets réalisés lors de la Journée : « Nous nous engageons depuis plusieurs années à faire de notre commune une commune phare de la transition énergétique. Pour ce faire, nous collaborons avec des villes allemandes ». Chefchaouen a équipé la piscine municipale et la bibliothèque avec des panneaux photovoltaïque, a introduit des lampes à basse consommation pour l’éclairage publique, et teste actuellement de nouveaux concepts de mobilité électrique. « Pour faire avancer ces projets, nous devons impliquer nos citoyens à travers la sensibilisation et leur participation dans la prise de décisions », juge-t-il.

La Journée, organisée par le Secrétariat du Partenariat Energétique Maroco-Allemand PAREMA, sous la tutelle du Ministère de l’Energie, des Mines et du Développement Durable (MEMDD) et du Ministère fédéral de l’Economie et de l’Energie de la République fédérale d’Allemagne (BMWi), a accueilli plus de 350 représentants marocains et allemands. Les organisateurs annoncent qu’ils feront de cette première expérience réussie un événement annuel, afin de mettrele point sur les avancées et continuer, ensemble, à faire progresser la transition énergétique globale.

Vous avez apprécié cet article? Abonnez vous!
 
 
[fbcomments]
 
 

A propos

Massolia a pour objectif de développer les technologies vertes au Maroc grâce à l'information et la promotion économique. Tous les sujets environnementaux sont concernés: énergies solaire, éolienne, hydraulique, construction durable, agriculture biologique, transports, conseil et certification, économies d'énergie, développement durable, assainissement,...
Massolia est la transcription phonétique du mot المسؤولية en arabe qui signifie “Responsabilité”.

Massolia sur Twitter
Massolia sur Facebook
S'abonner par email
S'abonner par RSS

Massolia sur Facebook